Juin 1, 2015

Croissant Rouge du Kurdistan

Les médias n’en parlent pas beaucoup mais en ce moment même, au Rojava (région kurde située dans le nord de la Syrie), les peuples kurdes, arabes, syriaques et tchétchènes sont en train de poser les bases d’une nouvelle société.

 

J’ai eu la chance de pouvoir y passer quelques jours au mois d’avril, grâce à l’association AKB (Amitiés Kurdes de Bretagne) et ce séjour m’a convaincu de la beauté, de l’importance du projet mené là-bas. Je vais tenter de vous le résumer en peu de mots :

 

Depuis plus de deux ans maintenant, les combattants kurdes résistent aux assauts de trois armées différentes : celle de Bachar Al-Assad, le front Al-Nosra et, surtout, DAESH. Tandis que les forces internationales tergiversent pour savoir quelle politique adopter, les volontaires du Rojava se sont organisés et parviennent aujourd’hui à repousser l’Etat Islamique, sécurisant ainsi une petite région composée de trois cantons : Afrîn, Cizre et Kobanê.

 

Profitant de cette stabilité, la population s’est organisée pour défendre une certaine idée de la société articulée autour de l’idée d’autonomie démocratique. Cette société est basée sur plusieurs piliers dont les plus importants sont :

 

– L’égalité entre les confessions.
– La reconnaissance des trois langues (arabes, kurde et syriaque) comme langues officielles.
– L’égalité homme-femme à tous les niveaux.
– Une organisation démocratique basée sur la participation active de tous dans la prise de décision.

 

Dans cette partie du Moyen-Orient, où la spirale de la domination (d’une confession sur les autres, de l’homme sur la femme, d’un chef sur ses sujets etc.) n’en finit plus de provoquer des conflits, c’est un message d’ouverture et de paix qui est adressé à tous.

 

Aujourd’hui, le Rojava est encore en danger : les combats continuent, les ennemis sont surarmés et la région subit un embargo de la Turquie, au nord, qui limite considérablement ses chances de victoire. Enfin, des dizaines de milliers de personnes attendent, dans des camps de toiles ou sur le bord des routes, de la nourriture ou des médicaments.

 

Les jours qui ont suivi mon retour, le sentiment d’impuissance a été écrasant. Il faudrait être riche ou puissant pour pouvoir changer le cours des choses. Et puis, peu à peu, le pessimisme a laissé place à une petite – mais sûre – détermination.

 

À notre manière, nous avons le moyen de peser dans ce basculement. De notre poids infime, notre poids anonyme. Comme une larme dans le pétrole. Comme un sursaut dans le charnier.

 

Elie Guillou

Pour venir en aide aux rescapés des massacres de Senjar ou de Kobanê, vous pouvez envoyer vos dons par chèque à :

 

Croissant Rouge du Kurdistan – 46 Rue Joseph Henaff 93700 Drancy

 

Ou par virement bancaire :

 

Société Générale – IBAN FR76 3000 3039 4700 0372 6315 539 – SWIFT SOGEFRPP

 

Laisser un commentaire :

 
 
Retour
 


Lavomatic tour

Prochaine étape à Rouen :
Le 11/09/2018 à 19h
Prochaine étape à Rennes :
Le 06/09/2018 à 19h00
Prochaine étape à Pays de Combourg :
Le 08/06/2017 à 19h

Newsletter